PBSM / CHERBOURG du 29/04/017

Pornic au bout de l'envie

 
Ah elle était belle et bonne celle-ci, elle donne envie de sourire et de faire la fête. Bon pour les absents de samedi soir qui n’ont pas assisté au match, je vais revenir sur les moments forts de la partie afin qu’ils ressentent ce que nous avons ressenti.
Pornic fait une belle entame de match, on sent les garçons à l’affût de chaque ballon (3 interceptions en 2 minutes) et qui imposent une défense de fer sans commettre de faute. Claude à la finition permet à Pornic de compter quelques longueurs d’avance (15-10 puis 17-12 à la 6éme). Mais Cherbourg grâce à Davy Cevadille revient au contact et décroche l’égalité 19-19 à la 8ème. Revenus à hauteur des Pornicais, les Cherbourgeois mettent une grosse pression défensive, pression qui n’empêchera pas Valentin Baudu de trouver une fenêtre ouverte pour un tir à 3 points : 22-21 .
De retour sur les parquets, Pornic accroit son avance grâce à Bojan et Aurélien (28-23) mais est moins performant en défense, légèrement en retard sur les actions offensives de Cherbourg les Pornicais commettent des fautes. Offensivement plusieurs attaques restent stériles, ce qui redonne confiance aux Normands qui en profitent pour assurer une meilleure présence au rebond offensif. En dépit de ces différents manques, Pornic continue à mener à la marque grâce à l’apport de Cédric Ferchaud qui en restant à distance du cercle et bien que subissant un marquage à la culotte continue à enfiler des paniers et pas des perles. Les deux équipes rejoignent les vestiaires sur le score de 40-35.
Le début du 3ème quart temps est compliqué pour Pornic qui enchaîne pertes de balles et fautes. Cherbourg en profite pour grignoter son retard et arracher l’égalité 42-42 à la 4ème minute. Les Pornicais viennent de tomber dans un trou noir, les Reds sont invisibles. L’absence de Matthias se fait alors cruellement sentir et Brusokas et Omont font ce qu’ils veulent sous le panier Pornicais. Claude est bousculé et se retrouve au sol (5ème minute) et l’inquiétude gagne le banc et les tribunes des Pornic. Cherbourg passe devant et conserve 6 à 7 longueurs d’avance tout le long de la fin de la période (49-56).
L’ultime période (du moins c’est ce que l’on croit) arrive et son démarrage est fastidieux pour les Reds, Cherbourg arrive même à porter son avance à 10 points 51-61 à la 3ème minute. Un premier déclic se produit alors et c’est dans l’adversité que les Pornicais se dépassent, Cédric puis Bojan réduisent l’écart 57-61 à 3 minutes 30 de la fin. Un temps mort permet aux deux équipes de reprendre leur souffle et de prendre les dernières consignes auprès des coaches. Ce temps mort sera profitable à Pornic, Cédric ramène encore un peu plus Pornic de l’égalité 62-63 à 1 minute 30 de la fin 62-63, Cherbourg reprend un peu d’air 62-65, encore un temps mort à 1 minute 17. Et puis cette ultime action pour Pornic ou Bojan nous arrache l’égalité à 11 secondes de la fin 65-65 et décroche la prolongation.
Surfant sur leur énergie les Pornicais ne lâchent rien, alors que Cherbourg s’offre plus d’occasions de tirs mais la réussite n’est pas au rendez-vous alors qu’à Pornic celle-ci n’abandonne pas Cyril repassant devant (72-71). Bojan et Claude  portent même l’avance à 5 points (76-71). Les Reds savent répondre présents au pire moment et on sent que la Victoire ne leur échappera pas et c’est le cas, coup de sifflet final 80-74.

Une belle victoire qui plus tard dans la soirée sera encore un peu plus festive avec l’annonce de la défaite d’Angers contre Châteauroux, synonyme de maintien pour Pornic.

Samedi soir, on m’a souvent demandé « Alors Sophie c’est qui l’homme du match que tu vas mettre en avant ». Et bien, c’est sûr qu’il y a de belles prestations individuelles  mais au-delà de celles-ci, ce que j’ai envie de souligner ce sont des valeurs : l’envie, l’énergie, la solidarité, avec elles, c’est toute une équipe qui a gagné. Une équipe qui a gagné un match, qui a gagné un maintien et qui a gagné notre respect.